Vous êtes ici

À partir du 15 septembre, la téléconsultation arrive en France

A partir du 15 septembre 2018, la téléconsultation devrait se généraliser sur le territoire français. Plus besoin de sortir de chez soi pour voir son médecin traitant !

télémédecine

Un arrêté publié ce 10 août 2018 dans le Journal Officiel vient d'officialiser la généralisation de la téléconsultation pour tous les Français à partir du 15 septembre 2018.

À partir du mois de septembre, donc, tous les patients pourront consulter à distance leur médecin en utilisant une tablette ou la caméra intégrée dans leur ordinateur.

Comment ça se passe ? Après avoir pris rendez-vous en ligne, le patient reçoit un lien sécurisé par e-mail. Il clique dessus et, via la webcam, il peut s'entretenir avec son médecin, celui-ci pouvant éventuellement pratiquer une observation (pour une cicatrice, par exemple). À la fin du rendez-vous, l'ordonnance est envoyée par e-mail et la consultation est payée grâce à un système en ligne - entre 25 et 30 euros, avec un remboursement classique.

Une initiative utile, notamment pour les patients vivant en plein désert médical : 8,6 % de la population métropolitaine est concernée, selon un rapport de la Direction de la recherche (DREES) du ministère de la Santé publié en 2017.

Téléconsultation : seul le médecin traitant est concerné

Deux limites toutefois : pour les personnes âgées (pour lesquelles le transport n'est pas toujours simple), la présence d'une infirmière ou d'une aide-soignante sera indispensable pour utiliser correctement le dispositif de téléconsultation. Et, pour l'instant, la téléconsultation ne sera possible qu'avec le médecin traitant, dans le cadre du parcours de soin du patient.

Dernière info : en février 2019, la télé-expertise (qui permettra à des médecins de consulter d'autres spécialistes pour un cas spécifique) devrait à son tour être officialisée, mais d'abord réservée à des cas précis : les patients touchés par des affections de longue durée (ALD), les personnes atteintes de maladies rares, les habitants de zones dites sous-denses et qui n'ont pas de médecin traitant, les résidents en EPHAD et les détenus.

Source : topsante.com